Cas de conscience.

Franchement, il y a des dimanches après-midis ou on ferait mieux de rester à se prendre une averse dehors. Histoire de partir sur une ambiance aussi joyeuse que la météo me le suggérait, je le suis fait deux films de Michael Moore : The Big One et Farenheit 9/11. Deux excellent films s'il en est (attention, avis personnel totalement subjectif et qui n'engage que son auteur bien entendu).
Cependant après le visionnage de ces films de drôles de questions se sont posées. A la base sans me lancer des fleurs, j'ai plutôt la réputation d'un mec bien, plutôt carré avec des principes et tout et tout. Mais j'ai commencé à cogiter un peu et à relever pas mal de choses auxquels finalement on ne fait pas attention et qui pourtant en creusant un peu peuvent pourtant bien écorcher le portrait bien propre que l'on se fait de soi.
A la base je suis un jeune homme bossant dans l'informatique dont 80% du boulot consiste à dealer avec des produits Microsoft, société déjà connue pour ses politiques commerciales plutôt limites mais qui fût l'une des premières à copiner avec Halliburton pendant le conflit irakien pour voir s'il était possible de faire encore plus de bénéfices avec ce sanglant conflit aux bases complètement fictifs.
Déjà ça part mal, après comme la plupart des mecs de mon âge j'ai jamais dis non à une paire de Nike ou tout autres vêtements à griffes sportives ou à marque dans le vent, encourageant à ma petite échelle le travail des enfants dans les pays du tiers monde. Est-ce que je soutiens à ma manière le commerce équitable au moins ? Bof pas vraiment j'achète ce qui m'arrange sans vraiment me soucier des différents labels qui pourrait pourtant être important : bio ? commerce équitable ? Euh la non t'es gentil mais j'ai franchement autre chose à faire qu'à squatter ma supérette pendant deux heures et puis de toute façon ce soir je me ferais plutôt un petit Mc Do, pas toi ?
Revenons à ma passion de l'informatique de la technologie et du multimédia, des produits à hautes valeurs ajoutées qui outre des source de délocalisations de centres de productions sont en plus des véritables cancers pour l'environnement, à produire d'une part et à recycler ensuite. Bon on passera sur ma passion de la lecture parce que franchement je suis loin de penser que les bouquins que j'achète sont majoritairement en papier recyclé. Mon intérêt pour les sports mécaniques en général ? Vitrine officielle de grosses corporations assoiffées de bénéfices, bafouant souvent les droits de l'homme et pollueurs patentés.
Bon est- ce que je donne de mon temps dans les associations ? Est-ce que je fais des dons réguliers pour me racheter une rédemption ? Bien sûr que non, le temps comme l'argent étant souvent sujet à problèmes pour moi.
Le portrait n'est en définitif pas très brillant, en réfléchissant 20 minutes je me rends compte que je soutiens par mon temps et mon salaire les plus beaux enfants de salop présents sur cette terre au lieu d'aider mon prochain, je dirais même un peu plus quelque part, sans m'en rendre compte j'aide aussi un peu à creuser leurs tombes en vivant de la sorte.
La vraie question est ai-je vraiment la possibilité de vivre autrement ? Que chacun de mes agissements du quotidien ne puissent qu'impacter sur mon prochain ? Ou vais-je tout simplement continuer à vivre ainsi, un poil plus amer sur moi-même et la société qui m'entoure en me disant que je vais slalomer entre les gens sans essayer d'être trop « génant » délibérément, que ça sera toujours ça de gagner ? Je n'ai pas encore de réponse à ces questions, en tout cas je saurai quoi répondre si on me dit à nouveau que je suis un mec bien ou une autre aberration du genre. Et oui gratte un peu et tu verras que je suis aussi peu recommandable que beaucoup mais ça tu ne le sais pas encore...

Commentaires

Articles les plus consultés