Paul Ricard, un meilleur cru ?

Nouvelle semaine, nouvelle course à disputer, cette fois sur le circuit du Paul Ricard, une pure découverte n'ayant jamais eu l'occasion de bien pratiquer sur cette piste. Un circuit plutôt original, avec des enchaînement de courbes qu'on rencontre rarement et des passages où la prise de trajectoire se fait souvent sans voir le point de corde selon le réglage de son affichage.
Les qualifications encore une fois ont été tragiques, un setup inadapté et des pneus soft en fusion après 2 tours, je finis par monter des médiums avec pour résultat des temps loin d'être folichons. Je m'élance donc pour la course à la 19e place sur une grille de 20 courageux pilotes.
La course elle sera... étrange, les deux premiers tours sont très violents, les accrochages sont nombreux et oh miracle je passe entre les gouttes sans aucun dommage. Je roule à mon rythme sans m'occuper des autres sur un circuit que je ne maîtrise pas très bien. 2 fois je perds l'arrière dans un enchaînement sans conséquence. Les abandons sont nombreux devant, j'ignore délibérément ma position au classement pour me concentrer uniquement sur ma conduite en essayant d'être régulier et sans risque.
Ma stratégie implique un arrêt une fois passé la mi-course et finalement je prends un peu de distance et m'installe en milieu de tableau à ce moment là, pour y rester pour le reste de la course, la 2e partie étant calme et sans bagarre notable, je tâche uniquement de rester dans ma course et de ne pas prendre de risque inutile.
Ma stratégie fût payante, j'ai profité des événements  alors que je n'étais pas performant sur le circuit pour finir 11e. Qui plus est la McLaren manquait vraiment de relance et de puissance moteur dans ces grandes lignes droites du circuit. Seul regret, ayant eu des variations de consommations notables lors des essais, je pars avec un peu trop d'essence et en rajoute trop lors de l'arrêt. Je finis la course avec encore 30 litres environ dans le réservoir, beaucoup, beaucoup trop. Voilà un élément qui ne devrait pas être trop dur à améliorer pour la suite.
Prochain circuit le Mugello où j'avais eu ma première expérience de Simracing un peu sérieuse l'année dernière. Un circuit que j'aime bien mais les turpitudes de la vie font que je n'aurais sans doute pas trop le temps de m’entraîner et de régler la voiture avant. Une course où mon coéquipier, qui semble avoir enfin résolu ses soucis d'Internet pourra peut-être me rejoindre. Vu les maigres points que je rapporte et des effectifs encore très complets, il est pour l'instant difficile d'échapper à la dernière classe du classement par équipe.

La vidéo des accrochages nombreux de cette course, pour un débriefing éducatif mais tendu. (by Ducducool)

Commentaires

Articles les plus consultés