Bergerac - Avinyonet... ou pas !

Date : 27/05/2018
Départ : LFBE
Heure : 06H20
Arrivée : XLEX1
Heure : Et non !
Météo : Très agréable temps clair, pas de vent, excellente visibilité, puis pleins de grosses surprises !
Appareil : ASDG Super Cub 180
Type de vol : IFR
Version de X-Plane : 11.20
ATC : Oui (124th ATC)... puis non !

Aujourd'hui, gros menu pour le vol le plus long depuis le départ de l'aventure, avec atterrissage à la cote espagnole et passage des Pyrénées en prime, j'espère que la météo se fera amicale ! On va en plus aller à des altitudes jamais faites jusqu'à présent.

Mes impressions :

Aux aurores à Bergerac

Le plaisir de fouler l'herbe de bon matin.

Pour prévoir l'imprévisible, je décide de partir bien tôt de Bergerac et de prévoir le nécessaire en espérant ne pas avoir trop froid avec l'altitude et la montagne.
On part depuis la petite piste en herbe sans aucun souci, par un souffle de vent pour venir nous poser des problèmes, pourvu que ça dure.

Ces nuages vont me pourrir le vol...

Mais dix minutes après le décollage ça commence déjà à se couvrir très sévèrement. On va voir si on peut passer au-dessus...
Trop tard, je suis surpris par un véritable orage, pas le temps de sortir là, je suis complètement surpris. La foudre tombe sur l'appareil avant que je ne puisse sortir de là et je m'écrase...

Aussitôt je relance une nouvelle tentative  et on ne sera pas avoir par des informations météo limites,  j'éviterai les orages (ils sont indiqués sur la carte de XP11 option radar météo, mais pas sur Little Navmap). Oui j'ai un peu les nerfs.

Je vais devoir me passer de la navigation assistée qui ne gère pas ce genre de cas de changement de cap. Je coupe donc le contact avec le centre de Bordeaux, nous allons gérer nous même notre navigation. Agen est entouré de violents orages, on va avoir un sacré détour à faire.

Aller plus vite que des nuages en Cub, un challenge en soi avec le vent de face ! 

C'est compliqué, les nuages progressent presque plus vite que l'appareil, je vais sans doute y arriver en effleurant la dépression mais sans doute trop près à mon goût.

Le plan B consiste à dérouter tout d'abord près de Mont de Marsan au cas où il y aurait un souci, pour viser peut-être Tarbes. A voir si je tente de passer la montagne malgré tout.

On savoure la moindre trouée.

En plus je ne peux pas grimper trop haut, pour éviter les nuages et la montagne et oui, pas d'oxygène dans un Cub du coup attention à l'hypoxie !
Je savais qu'attaquer ce genre de voyage avec un Cub était ambitieux, mais avec mes faibles connaissances de l'aéronautique, je pense que je n'imaginais pas à quel point...
Et maintenant un vent de face fait son apparition à l'approche de Mont de Marsan, suffisant pour nous ralentir très fortement, ce vol devient une succession de galère. Je pense que l'altitude a bien calmé aussi les chevaux du moteur, allez courageux petit cub, on donne tout ce qu'on a !

Paysage un brin monotone, il faut l'admettre.

Je n'ai malheureusement pas beaucoup d'images à afficher, nuages, nuages, nuages. Je survole Aire sur L'Adour sans même la voir. Je sais bien que j'approche de la montagne grâce à mes cartes et mon Little Navnap mais la météo ne se dégage pas le moins du monde, c'est concours de purée de poids. Je n'ai aucune idée de jusqu'où ça peut descendre comme ça. Passer par au-dessus reste l'option la plus raisonnable pour pour l'instant mais à cette vitesse, bon dieu que c'est long. Tarbes aussi je ne le verrai que sur mes cartes.

Montagnes en vue !

Une fois passé Tarbes, ça ne rigole plus, je commence à voir quelques arrêtes émerger entre les nuages, les Pyrénées sont bien là. Malheureusement mère Nature a décidé que j'allais souffrir jusqu'au bout, au fur et à mesure de mon approche, le radar météo me montre des orages et de la pluie, il va falloir jouer serré pour ne pas tomber dedans. Surtout qu'en montagne la météo change vite. Plus que jamais, la vigilance est de mise.

C'est pas si loin de l'avion...

Oh du soleil vite une photo !

Tout le survol se passera ainsi, un œil à surveiller la météo et l'autre sur les reliefs. J'ai beau être bien passé au-dessus, je ne suis pas très fier pour autant. Je ne serais même pas surpris d'un changement soudain de météo car ça continue à se couvrir et que je vais une nouvelle fois devoir dérouter un peu vers l'Est pour être sûr de ne pas passer dans des orages. En tout cas je vais tout de même avoir droit à une soudaine montée de nuages et de pluie tout en sachant que de l'orage n'est pas loin ! Très rassurant...

Ces nuages ne me disent rien de bon...

L'enfer se déchaîne soudainement. 

Et soudain, quoi que se passe-t-il encore ? j'ai énorme une perte de puissance, je me mets à perdre de l'altitude... Je... Non pas encore !? Je connais ces symptômes mais j'avais plutôt l'habitude de les croiser en Alaska en fin d'hier : le givre, soudain, sans pitié qui enserre complètement mon appareil et me prive de tout contrôle. Il pleuvait, j'étais tout au bord de la zone nuageuse mais c'est fatal, je me crashe sans aucune chance de récupérer l'appareil à coté d'Egea. Si j'en crois le timecode de l'enregistreur de vol (le replay), avec la première tentative, 3h15 de vol sans résultat.
Après y avoir réfléchit un peu, ayant passé une grosse partie du vol à proximité de nuages (même si ce n'est qu'à la fin que je suis passé dedans), j'ai dû accumuler une grosse quantité d'humidité et du coup quand les conditions de givre sont apparus, ça a gelé très vite. Avec le petit Cub et vu l'altitude où j'étais (12000 pieds), je m'en suis aperçu trop tard avant de pouvoir m'échapper.

La gravité me rappelle à elle !

Il va y avoir un peu de mécanique à faire...

Cette tentative de passage des Pyrénées est un cuisant échec mais comme toujours avec XP11, même si c'est à la dure, on apprend à chaque vol.

Commentaires

Articles les plus consultés