Petit bilan à la fin de saison régulière pour le Canadiens de Montréal

Après cette saison du centenaire pour le moins très mouvementée, perturbée par les très nombreuses blessures que l'équipe a subie et avec un changement de directeur gérant, le Canadien a réussi à se qualifier pour la grande danse du printemps :les playoffs de la NHL qui verront sortir le nouveau champion vainqueur.
Avec la fin de cette saison régulière il est temps de faire le bilan avec les joueurs qui ont terminés avec la formation. Exercice périlleux et manquant totalement de modestie, après tout je vais donner mon avis sur des joueurs professionnels alors que mon talent est moins épais que la neige qu'ils font lorsqu'ils patinent.
Peu importe, je suis fan et supporter, donc les problèmes d'ego, on les laisse au vestiaire.




Attaquants :

Michael Cammellari (N°13) :

Arrivé cet été ce joueur a semble-t-il bien compris l'histoire de ce club et ce qui implique de jouer à Montréal. Un gentleman hors glace et un guerrier sur le glaçon. Longtemps le meilleur buteur de l'équipe avant qu'une blessure le ralentisse fortement. Il n'a pas encore marqué depuis son retour mais il travaille très fort, ça va finir par débloquer c'est sûr.


 Mathieu Darche (N°52) :

J'apprécie énormément ce joueur venu renforcer l'équipe durant la saison. Un excellent renfort venu des Bulldogs d'Hamilton. Un talent limité certes mais là encore un guerrier et une éthique indiscutable. Le vrai joueur d'équipe par excellence. Chaque équipe se doit d'avoir un gars comme lui.



Brian Gionta (N°21) :

Comme dit Lyse sur Tricolore.ca : "I born a giant". Petit gabarit  mais là encore quelle esprit de sacrifice sur la glace. C'est toujours lui qu'on retrouve entre deux défenseurs bien plus grands et larges que lui et près du gardien pour pousser à l'énergie ce rebond qui traîne devant le filet. Ralenti également par une blessure cette saison qui lui a fait rater une vingtaine de match, il a malgré tout bien produit cette saison.


Scott Gomez (N°91) :

Les fans auront beaucoup parler du gros salaire de Scott Gomez cette saison. Certes il a un joli contrat mais il a su profiter d'une période où les bons centres étaient rares sur le marché. Scott a tout de même fait une saison honnête. Il ne sera jamais un très gros scoreur, c'est un créateur, un fabriquant de jeu et il a besoin d'ailiers avec qui la chimie s'installe. La blessure de Brian Gionta l'aura fortement ralenti (59 points tout de même). A noter également ses bonnes prestations défensives, nominé pour le trophée Selke récompensant le meilleur avant défensif en compagnie de Brian Gionta et Tomas Plekanec).

Andreï Kostitsyn (N°46) :

Andreï m'a déçu cette année, il a des mains, le gabarit, mais n'a produit que sur de courtes séquences, pourtant jumelé à Plekanec et Cammellari. 33 points c'est peu il est capable de bien mieux que ça j'en suis sûr. Lui aussi a été blessé justement au moment où ça semblait enfin sourire. Je ne serais pas surpris que l'organisation l'échange cet été.


Sergeï Kostitsyn (N°74) :

Encore une saison trouble où cet enfant terrible a su rentrer dans le rang après un passage à Hamilton. Cependant même résultat et prévision que son frère, il devrait pouvoir produire beaucoup mieux que ça. Là encore je ne serais pas surpris que son avenir se poursuive sous d'autres couleurs.



Maxim Lapierre (N°40) :

Saison à oublier très vite pour Max, départ de son pote Guillaume Latendresse vers Minnesota, remaniement permanent de son trio bref il a longtemps joué à l'envers. Il est pris dans un cercle vicieux : perte de confiance, baisse de temps de jeu et plus d'infériorité numérique d'où encore plus de perte de confiance et ainsi de suite. Les tous derniers matchs de la saison, il semble enfin avoir pris sa crosse dans le bon sens, il revient aux bases de son jeu et commence à provoquer des choses intéressantes, pourvu que ça dure !

Ben Maxwell (N°61) :

Rôle difficile pour Ben cette année : celui du réserviste. Seulement 13 matchs, pas de points, différentiel de -2, jeune joueur sûrement très bosseur pour rester ainsi avec l'équipe. Je ne sais pas vraiment ce que Jacques Martin a prévu  pour lui à l'avenir.




Glen Metropolit (N°15) :

Belle saison pour le centre de 35 ans avec une très grosse production en avantage numérique qui a bien aidé l'équipe. Il a parfois besoin de repos dans la saison pour repartir de plus belle, son âge le rattraperait un peu ? Espérons que sa blessure à l'épaule lui permettra tout de même de revenir avec l'équipe pendant les séries.



Travis Moen (N°32) :

Ahh tu me poses bien du soucis Travis. Ce joueur a une réputation de guerrier, le peu de repos qu'il a pris après 50 points de suture autour de l'oeil le prouve bien mais bon sang pourquoi laisses-tu cette fougue, cette robustesse au vestiaire ? On ne l'aperçoit que trop rarement lors des matchs. Son rôle n'est pas de produire, je ne l'attends donc pas là mais malheureusement il ne travaille pas assez à mon goût et il n'y a pas assez de trace de rambarde sur son casque. Il pourrait être un élément bien plus essentiel qu'actuellement.

Dominic Moore (N°42) :

Voilà une belle acquisition de Pierre Gauthier, joueur d'expérience, de caractère, plutôt habile de ses mains (11 points en 21 parties avec le CH) et bon en défensive et mise au jeu. Très intéressant sur les 3et 4ièmes trios. J'espère le revoir la saison prochaine.




Tomas Plekanec (N°14) :

Très belle saison pour Tomas, 70 points et meilleur de l'équipe dans la catégorie tout en ayant de belles présences en infériorité numérique et en défensive en général (nominé pour le trophée Selke). Il semble avoir un peu ralenti en fin de saison. Serait-il plus dépendant qu'on ne le pense de la forme de Mike Cammalleri, son compagnon de trio lui aussi en panne en ce moment ? L'un des gros dossiers de négociation cette saison, nombreux sont les fans qui espèrent le voir re-signer avec l'équipe la saison prochaine et poursuivre de belles performances.

Benoît Pouliot (N°57) :

Arrivé dans l'échange gagnant / gagnant ayant envoyé Guillaume Latendresse au Minnesota, Benoît après avoir soigné sa blessure à la main à connu un départ retentissant avec l'équipe. Il a terminé la saison moins en verve, pratiquant moins le jeu qui faisait sont succès : patiner fort et brassage dans le trafic. Sur les derniers matchs de la saison il semblait reprendre le bon chemin même s'il ne produit pas encore. Un joueur qui doit continuer à utiliser son gabarit et un jeu direct pour retrouver succès et confiance.

Tom Pyatt (N°94) :

Encore un renfort intéressant venu d'Hamilton ce centre de formation jouant à l'aile avec le CH ne sera sans doute jamais un grand scoreur mais c'est un joueur plein d'énergie n'hésitant pas à se salir le nez dans les coins de patinoire. Il est fiable défensivement et responsable dans ces choix sur la glace. Il ne m'a jamais déçu sur les 3-4ièmes trios.



Défenseurs :

Marc-André Bergeron (N°47) :

Drôle de saison pour MAB, ce spécialiste de la supériorité numérique, qui a été embauché pour palier à la blessure d'Andreï Markov, défenseur étoile de l'équipe, a passé une partie de la saison à jouer à la fois sur le 4ième trio et en défense sur les jeux de puissance. Pas facile, facile. Il ne sera jamais totalement hermétique en défense et il a parfois des relances limites. Malgré tout ses boulets de canons et des éclairs de génie parfois dans son jeu de passe font que j'aimerais bien revoir ce joueur dans l'uniforme du tricolore la saison prochaine. A noter qu'il a lui aussi raté une quinzaine de match.

Hal Gill (N°75) :

Ce diesel a mis un peu de temps a se mettre en route et les fans l'ont pas mal critiqué en début de saison. Mais une fois en marche, Hal c'est une sacré couverture de la patinoire et un spécialiste de l'infériorité numérique qui fait bien le ménage devant le gardien. De plus il semble être devenu un leader important dans le vestiaire soutenant ses coéquipiers régulièrement notamment Carey Price. Lui aussi a loupé sa petite vingtaine de match.

Josh Gorges (N°26) :

Quand Josh est arrivé avec l'équipe dans l'échange avec les Sharks en 2007, je n'aurais jamais cru qu'il deviendrait une des pierres angulaires de la défensive de l'équipe. Certes il n'a pas le brio offensif de Markov mais il est, et de loin, le défenseur le plus fiable en défensive de l'équipe. Ne sortez pas sans lui !



Roman Hamrlik (N°44): 

Saison mitigé pour le défenseur de 36 ans. Il a enfilé son costume de Superman pour compensé la blessure d'Andreï Markov mais au retour du défenseur russe, Roman a baissé doucement son niveau de jeu : plus aussi fiable en défense et invisible à l'attaque par la suite. Peut-être a-t-il tout simplement laissé trop de plumes dans l'épisode Markov.


Paul Mara (N°22) :

Grosse déception pour moi que la saison de Paul, 42 matchs joués seulement pour 8 points et un -16 de plus/minus. Complètement transparent sur la glace et accablé par les blessures. Actuellement blessé à une épaule jusqu'à la fin de la saison, je ne pense pas qu'on le retrouvera chez le Tricolore.



Andreï Markov (N°79) :

Il n'a joué qu'une demi saison à cause d'une sévère blessure. Depuis son retour je trouve qu'il se cherche un peu, ne jouant pas forcément dans le registre qui a fait de lui le "général" du Canadien. Il semblait un peu retrouver ses sensations en fin de saison. Espérons que les séries seront suffisamment longues pour lui laisser le temps de retrouver son plein rendement.


Ryan O'Byrne (N°20) :

Pas une saison facile pour Ryan : il a perdu sa mère, blessure le faisant rater une vingtaine de matchs. Certes il n'a pas la vitesse de progression de Josh Gorges mais il est en train de devenir un défenseur "défensif" intéressant. Laissons lui le temps de murir. Son gabarit imposant pourrait devenir une arme intéressante dans cette équipe qui manque de "Big Guy". J'ai apprécié que régulièrement il tombe les gants pour défendre ses coéquipiers.

Jaroslav Spacek (N°6) :

Pas facile de jouer dans une position qui n'est pas la sienne : la production offensive décevante de Jaroslav le confirme. Il semble avoir perdu ses sensations en attaque et il est parfois à la limite en défense. Ce joueur a du talent alors j'espère que l'équipe saura le repositionner comme il faut car il ne semble pas arriver à s'adapter. On devrait beaucoup plus le remarquer sur la glace.



Gardiens de but :

Jaroslav Halak (N°41) :

Très grosse saison pour le gardien slovaque qui a réussi à devenir le gardien titulaire pour la dernière ligne droite de l'équipe vers les séries. Ses Jeux Olympiques ont été également énormes. Il demandait à partir s'il ne jouait pas plus souvent mais le Canadien a bien fait de le conserver. Il a su garder la tête froide avec la tornade médiatique de la concurrence des gardiens à Montréal. Il tient un discours dans les médias que j'apprécie beaucoup : l'équipe d'abord. Toute petite inquiétude, il semble un peu plus petit dans ses buts sur la toute fin de saison, espérons qu'il sera de retour pour les séries.

Carey Price (N°31) :

Tout a été dit cette saison lors que la guerre médiatique pour savoir qui devait être LE gardien de l'équipe. Je ne suis pas présent aux entraînements donc je me fis aux sources que je considère de valeurs mais pour moi cette saison Carey semble bosser aux entraînements comme jamais et avoir régler ses petits soucis d'attitudes sûrement aidé par le vestiaire. Ses prestations sont souvent excellentes mais il ne bénéficie pas de chance ou de production offensive de son équipe donc il marche souvent sur un fil pour obtenir des victoires. Je suis persuadé que le puck va finir par rouler dans le bon sens pour ce joueur talentueux.

Coach :

En toute honnêteté, je vais juste donné mon avis sur l'entraîneur-chef de l'équipe étant bien incapable de voir comment travail les autres.

Jacques Martin : 

Une première saison bien compliquée pour Coach Martin avec une équipe complètement décimée par les blessures par moment. Je ne suis pas forcément d'accord avec tous ses choix, mais il doit bien mieux savoir ce qu'il fait que moi !!! Je lui reprocherais surtout sa communication assez morne. Je ne pense pas que c'est le coach qui va faire un speech cinématographique ultra motivant à son équipe qui va faire des miracles et sauver ensuite le monde étant donné ses interventions aux médias juste soporifiques...

Voilà, maintenant place aux Playoffs et à la lutte avec la bande à Ovechkin. Comme le dit le lieu commun, une nouvelle saison commence et c'est là que l'on fait la différence entre les enfants et les hommes. A vous de portez le flambeau bien haut les gars !

Commentaires

Articles les plus consultés