Un Silverstone aux faux airs de Waterloo

Et oui, il m'a fallu un peu de temps pour digérer les dernières courses. Le plus gros changement provient de la nouvelle mise à jour d'Assetto Corsa 1.5. Je ne sais pas si c'est le nouveau modèle de pneu ou l'évolution de l'aérodynamique du jeu mais ma petite McLaren a perdu le délicieux équilibre qui était le sien. Dans les paddocks les avis sont partagés depuis cette évolution. Les pilotes Mercedes souffrent, les conducteurs de Nissan et de BMW sont silencieux et les amateurs d'Audi sont aux anges. Les résultats des dernières épreuves leurs donnent raisons.
Pour revenir à Silverstone, je ne sais pas trop à quelle sauce je vais être mangé. Les entraînements ont été difficiles et la voiture a peu d'équilibre dans les passages rapides. Déjà qu'on est pas équipé du plus gros moteur du championnat, ça ne va pas nous aider. Les nuages ne sont pas qu'au dessus de la piste et je me décide seulement quelques tours avant le début des qualifications pour utiliser le setup mis au point par mon camarade. La voiture est souple, pas des plus confortable mais j'arrive à poser mes meilleurs temps avec cette configuration, on verra bien. Les qualification où justement, je serais moins mauvais que d'habitude. Une approche un peu plus posée mais sur un circuit où je ne suis définitivement pas en confiance. Je m’élancerais pourtant d'une encourageante 12e place.
Malheureusement je vais très vite déchanter. Dans le premier tour j'aurai le plaisir de me retrouver dans 3 contacts avec des concurrents, crescendo, qui vont sceller ma course. Une première avec une Mercedes qui vient un peu trop élargir sa trajectoire et tapoter l'avant de ma voiture. La seconde, une BMW qui est propulsée par un autre accident et qu'il m’envoie hors de piste, pas de chance une roue arrière touche le gazon anglais et m'envoie en spin. Et pour la suite, mon retour sur le forum l'explique le mieux : "Parti en spin et encore bien rageux du début de course, je prends tout de même le temps de regarder la map avant de repasser la première. Personne, j'avance, Taber.... un point sur la map, je suis en train de ramer pour passer la marche arrière (je mettais loupé et était déjà en 2e de mémoire) frein écrasé espérant que la voiture qui arrive ait une trajectoire serrée. Malheureusement, non et encore une fois désolé pour lui. Une course a définitivement oublié pour moi malgré des qualifs moins pire que d'habitude..."
L'Audi qui n'y était pour rien m'encastre pleine balle. Moi je suis furieux et galère pour tenir la voiture jusqu'à l'arrêt au stand qui ne sera finalement pas salvateur. J'ai du mal à garder les gommes à températures et multiplie les sorties de pistes, toujours plus sur les nerfs. Je passe mon temps au stand et ma seule préoccupation est de ne pas gêner la course des leaders et que la course se termine enfin à une royale 14e place ayant bénéficier d'absents et d'abandons.
Je tire au moins deux enseignements de cette course : tout d'abord quoi qu'il arrive (et j'insiste là-dessus) toujours garder son sang froid. Ces courses sont longues et il y a toujours une chance de se rattraper au moins un peu du massacre habituel des premiers tours. Deuxième leçon importante, il faut vraiment que je fasse l'effort de faire mes propres setups. Celui de mon camarade était rapide mais en définitive j'étais peu en confiance avec la voiture et j'ai passé pas mal de temps dehors ce qui au final n'est pas productif. La route est longue vers le setup parfait mais il faut s'accrocher.

L'habituel débriefing des accrochages par Ducducool.


Un petit best of de nos fails jusque-là, toujours par Ducducool.

Commentaires

Articles les plus consultés